Aperçu – Homefont : The Revolution

Nous avons pu découvrir le jeu à travers une présentation en petit comité, suivi par une prise en main. Pour ceux qui se demandent s’il est la suite de Homefront, sachez que non. Les développeurs de Deep Silver Dambuster ont repris la licence suite à la fermeture de THQ. De ce fait l’histoire repart de zéro, comme si le premier jeu n’avait jamais vu le jour.

Après quatre années d’occupation par l’armée nord-coréenne, les États-Unis sont en ruine. L’histoire se déroule à Philadelphie, berceau de l’Indépendance américaine, devenue un gigantesque ghetto où des drones empêchent toute circulation dans les différents secteurs de la ville. Philadelphie est un monde ouvert divisée en trois secteurs. Tout d’abord, la zone verte qui est le centre de commandement des forces ennemies. Le second secteur est appelé la zone jaune. Ici les habitants sont dans le ghetto, tout un tas de caméras de surveillance veillent au grain afin de prévenir tout acte d’insurrection. En dernier lieu, la zone rouge. C’est dans cette dernière que le gros de l’action se passe. En effet, divers sites stratégiques sont tenus par les soldats ennemis ainsi que par des patrouilles en véhicules blindés escortés par des drones armés qui sonnent l’alerte dès qu’un allié est détecté.

Official Homefront: The Revolution 'Red Zone' Gameplay Demo

C’est dans cet état de chaos absolu qu’une deuxième Révolution se met en place. Une guérilla commence et nous y sommes au cœur. Afin de libérer la ville, nous allons devoir délivrer plusieurs secteurs de la zone rouge afin que la population nous vienne en aide. Cette aide sera présente de plusieurs manières : du matériel, des armes et autres trousses de soin. En effet, la plupart des FPS ont tendance à faire régénérer la vie perdue au bout de quelques secondes sans se faire toucher. Ici, ce n’est pas le cas. Il sera obligatoire de se faire soigner grâce à des trousses de soin, mais attention, nous pourrons en porter que cinq sur nous.

Pour lutter dans ce FPS il faut reconnaître que lors de notre prise en main du jeu, nous étions très bien équipés. Nous avions un fusil mitrailleur, un fusil à pompe et un pistolet. Couplé à ceci : quelques grenades, des cocktails Molotov et le fin du fin, des voitures téléguidées équipées d’une charge explosive ! C’est un régal à manipuler, mais il faudra la faire rouler à l’abri des regards, sinon elle sera prise pour cible. Le fin du fin, ce qui est rare dans un jeu du genre, la possibilité de conduire des motos. Elles sont cachées dans des conteneurs fermés par une chaîne et un cadenas. Une pression sur la touche Carré nous fera sortir la pince monseigneur ou alors si vous ne voulez pas perdre de temps, une balle bien placée sur le cadenas et le tour est joué. Ces motos ne sont disponibles que si vous libérez le secteur en question. Elles seront d’une grande aide pour accéder à des zones accessibles que via des tremplins ou pour filer à travers les lignes ennemies pour ensuite pouvoir les prendre à revers.

Pour naviguer parmi toutes ces armes, c’est simple, en appuyant sur la touche L1 on active une roue de sélection où l’on pourra y choisir notre arme principale. Une fois en jeu une simple pression sur la touche Triangle permet de changer entre arme principale et secondaire. Pour choisir le cocktail Molotov, la grenade ou la voiture téléguidée, une pression sur R1 et le tour est joué.
La prise en main du jeu est donc bonne. Évidemment, il faut un petit temps d’adaptation pour que tout devienne parfait, mais il faut constater que cela a été bien étudié.

Lors de la présentation, les développeurs nous ont indiqué que les scènes de transitions que nous avions pu voir seront différentes. En effet, nous avions des scènes cinématiques que nous pourrions qualifier de banales. Mais ils ont prévu de mettre en place des transitions où le joueur reste toujours en contrôle de ce qu’il se passe à l’écran. Il faudra attendre d’avoir une version plus aboutie pour en comprendre la teneur. Il est important de souligner que la version que nous avions testée est encore au stade alpha. Alors même si en soit le jeu est très propre, le CryEngine nous propose des environnements très beaux, nous avons pu cependant constater quelques problèmes de ralentissements ou divers bugs comme une moto qui disparaît après avoir validé une mission. De plus, certaines actions comme le fait de trancher la gorge d’un ennemi quand on le surprend par derrière pouvaient ne pas se passer normalement.

Le jeu sera jouable en solo, mais aussi en coopération. Le nombre de joueurs maximum n’a pas été dévoilé, mais il nous a été dit qu’on pourra former une unité de combattants.

Homefront : The Revolution
Date de sortie
20/05/2016
Genre
Shoot
Editeur
Deep Silver
Développeur
Crytek
Boutique

Acheter Homefront : The Revolution

IMPRESSIONS

Notre ressenti est bon, pour avoir un avis plus tranché il nous faudra attendre une version plus aboutie et surtout disposer de plus de temps. Les 30 minutes imposées étaient peu suffisantes. Cependant il va sans dire que Homefront : The Revolution est pressenti pour faire parler de lui lors de sa sortie au printemps 2016.